Mon Chant (Musique) Libre. Interview à Nawel Ben Kraïem

Une voix aussi douce et captivante que dramatique et puissante, celle de Nawel Ben Kraïem, qui mêle la culture d’origine et celle qui l’accueille dans une étreinte qui n’est pas dépourvue de conflit. Une musique qui ne laisse pas “à mi-chemin”, mais qui sauve de la perte d’identité

(Video-intervista in italiano a Nawel Ben Kraïem alla fine dell’articolo)

de Gilda Sciortino

Jeune (née en 1988 à Tunis), mais avec cette sensibilité et un regard ouvert sur le monde qui lui a permis de toucher le public avec une force inspirante, Nawel Ben Kraïem est aimée dans le monde arabe et dans de nombreux pays d’Europe pour sa capacité à la porter fièrement en tant que femme et artiste libre appartenant aux deux rives de la Méditerranée.



Nawel Ben Kraïem

Intriguante et prometteuse; étoile montante de la chanson française; une bouffée d’air frais, rythmée et captivante; un univers de caractère, distinct de sa voix profonde et habitée: ce ne sont que quelques appréciations par rapport à sa voix et son apport, dans la musique qui écrit et chante, un océan d’émotions. Beaucoup de gens, par conséquent, attendent son dernier album “Délivrance” (le clip qui en fait la promotion ces derniers mois est réalisé par Victor Delfim), qui sortira à l’automne prochain. On en parle avec elle, dans cette interview, où elle nous ouvre les portes de sa vision du monde.

Gilda Sciortino : J’aimerais commencer par vous demander quel genre d’enfance vous avez eu. En ce sens, quels étaient vos rêves d’enfant? Comment et où avez-vous vécu en Tunisie?

Nawel Ben Kraïem : Oui, mon enfance s’est passée à Tunis et c’était heureux. Depuis que je suis enfant, la sensibilité à l’art est forte en moi. J’ai commencé à faire du théâtre dans un atelier avec un artiste nommé Monsef Triki et sa femme Chantal. Avec eux, j’ai eu l’occasion de mettre mes émotions sur scène, de vivre la joie, la passion, la colère, dans un crescendo vraiment unique. Après quelques années, j’ai commencé à faire du théâtre avec un artiste important en Tunisie, Hichem Rostom, et avec Nour Eddine el-Ati dans son lieu l’ “Étoile du Nord”. Dans cet art des émotions, tout était très simple et naturel pour moi, alors j’ai réalisé que c’était ce pourquoi j’ étais faite. Enfant, je suis aussi montée sur la scène de Carthage, (un espace similaire au Colisée de Rome), lors d’ un grand concert de  Marcel Khalifa, un chanteur/artiste très célèbre dans le monde arabe. Je ne sais pas si j avais toujours rêvé de monter sur scène car j’ étais vraiment toute petite, mais je l’ai fait. Tout cela était très instinctif.




Vous quittez la Tunisie à l’âge de seize ans et arrivez en France où vous apportez vos origines, votre culture, vos rêves, vos attentes. Tu te souviens de ces jours? Rappelez-vous, à votre arrivée à Paris, quelles ont été vos premières réflexions? 

J’ai une grand-mère qui vit en France, mais pas dans la capitale. Elle est à la campagne. Il y a une grande différence entre la ville et la campagne en France. Comme en Tunisie. Arriver à Paris a été presque un choc car je me suis retrouvée seule, sans aucune sorte de soutien. Mon père et ma mère m’avaient accompagnée pour m’aider à m’installer à l’université où je devais suivre des études littéraires, mais ils sont partis presque immédiatement. Notre famille appartient à la classe moyenne, nous avons donc toujours eu un accès plutôt facile à la vie culturelle. En France, cependant, tout était différent. Mon désir était d’entrer en contact avec le monde de l’art, c’ est un milieu assez fermé.. j’ai donc commencé à faire le tour des bars pour connaître des groupes et des artistes et trouver ce fil rouge qui me permettrait de commencer ce chemin qui serait plus tard mon futur d’artiste .



Nawel Ben Kraïem

Quel a été l’impact avec l’Europe? Dans ce changement, pensez-vous que la perte a pesé plus ou plutôt la perspective, l’avenir a été plus fort?

Bien que j’aie beaucoup fait de théâtre enfant, l’artiste qui était en moi est née en France. Je me sentais cependant fragile en tant que femme et étrangère, encore plus sans soutien familial et économique.Je n’avais qu’une bourse universitaire. À un certain moment, cependant, j’ai réalisé que je devais choisir entre l’étude et l’art. Je n’avais aucun doute. Après deux ans, je me suis lancée dans cette aventure, qui n’est pas encore terminée. Même en ce qui concerne le théâtre, la musique occupe aujourd’ hui la première place. La musique réunie la guitare, les mots, la scène. Il va sans dire que ma mère et mon père n’étaient pas satisfaits de mon choix, ils avaient peur pour moi, en tant que jeune femme, seule. A ce moment là ils ne m’ont pas soutenue, mais de toute évidence, ils ont changé d’avis. Mais les parents sont toujours comme ça.

Le processus de migration est toujours une blessure, une blessure à l’existence. Pensez-vous que la musique, l’art a permis de réparer cette blessure? Une récupération de votre unité? Cela a au moins partiellement pacifié votre vie?

Exactement, vous avez bien compris. Ça m’a donnée l’occasion de vivre pleinement toutes les émotions que je ressens encore. Vivre pleinement le niveau émotionnel mais aussi intellectuel, amener les gens à regarder et sentir le monde autrement. Dans cet espace, j’ai trouvé l’équilibre entre les deux cultures, celle d’origine et celle qui m’a accueillie.

 Toujours sur les relations entre le Maghreb et la France, l’Europe méditerranéenne: de nombreux migrants coexistent souvent dans les banlieues européennes. Si je pense à la France, la banlieue me vient à l’esprit, principalement habitée par des jeunes appartenant à la deuxième ou troisième génération d’immigrants d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Connaissez-vous ce contexte?

J’habite dans une banlieue de Paris, dans le  93 à «Saint Denis», une banlieue populaire et pauvre. C’est aussi la plus accessible du point de vue des loyers et du niveau économique à maintenir car, comme vous le savez, il n’est pas si facile de trouver une maison à louer à Paris. Trop cher. C’ est une périphérie dans laquelle vivent des personnes d’origine maghrébine, également d’Afrique noire, ce qui est pour moi une richesse culturelle à tous points de vue car la solidarité persiste en chacun d’eux, le sens de s’entraider, de se rencontrer. En arrivant à Paris, on enterre l’idée qu’on se fait à tort de la France qui est celle d’un pays riche. Je ne pensais pas y trouver ce haut niveau de racisme, et d’injustice qui se transmet de génération en génération. L’art a un grand pouvoir et c’est de défendre les droits des plus faibles, d’essayer de briser ce rapport de force, ce violent conflit contre les gens, en parlant  de racisme et d’injustice.




Conflits, racisme, les avez-vous surtout trouvés chez qui? Pensez-vous que c’est un problème générationnel?

Le racisme affecte tous les étrangers, mais il est malheureusement plus fort et plus violent à l’égard des jeunes. Je ne parle pas de la diaspora qui elle, a des repères « de l’ autre côté ». Ici il y a des personnes de deuxième et troisième génération nées et élevées en France, mais qui subissent une attitude de racisme et d’exclusion. Vous pouvez le vérifier dans la vie quotidienne avec la difficulté de location de maisons, l’ accès à certains emplois; à tous les niveaux de survie.. Ils sont victimes de discrimination et cela, bien que 100% français. Une situation vraiment brutale. Ces jeunes se sentent (sont) stigmatisés. Heureusement, j’ai créé mon propre espace de sécurité.

De quel genre d’espace d’espace parlez-vous?

Il s’agit d’art et de poésie, dans lesquelles je trouve des ressources infinies. La France a fait ressortir l’artiste que je suis, me donnant la sécurité d’être de plus en plus moi-même, mais quand je me sens perdue, je rentre en Tunisie, je recule de quelques pas et je pense à tout ce que j’ai à faire et à décider. Oui, l’art, la poésie et mon pays d’origine me sauvent toujours.

Vous avez été surnommé “Précieuse voix reliant les deux rives de la Méditerranée”. Vous trouvez-vous dans cette déclaration?

Nawel Ben Kraïem

Je ne peux pas vraiment dire de moi si je suis une voix précieuse, mais en ce qui concerne la connexion entre les deux rives de la Méditerranée, je sens et je veux être le lien qui facilite la rencontre, et le dialogue.

Y a-t-il des épisodes qui ont marqué votre parcours personnel et professionnel et que vous portez dans votre cœur?

Il y a deux ou trois moments qui ont marqué mon chemin. Je me souviens du cinéaste Tony Gatlif (le nom de scène de Michel Dahmani). Il a réalisé un célèbre film intitulé “Exils”. En 2012, j’ai travaillé avec lui dans une autre production, “Indignados”, un documentaire dans lequel j’ai apporté ma musique et dans lequel j’ ai joué . Je me souviens aussi particulièrement de la rencontre avec un chanteur très célèbre, une icône en France, Christophe, qui malheureusement n’est plus là. Il m’a beaucoup aidée dans ma carrière; J’ai fait plusieurs boulots avec lui qui n’ont pas tous vu le jour. Mais nous nous sommes rencontrés, nous avons aussi fait des duos. Une autre chose décisive dans ma vie a été la création de ma “maison de disque » « nownaw », qui me permet enfin de m’autoproduire. Je peux enfin avoir une totale autonomie par rapport à ma parole et à ma musique. J’ai tout fait moi-même, donc j’assume mes responsabilités, pour le meilleur ou pour le pire.

Quelle est et quelle a été votre relation avec les artistes et musiciens masculins?

C’est un système dans lequel les hommes veulent tout gérer. Ils m’ont toujours proposée de chanter les paroles des autres, me faisant beaucoup ressentir leur chauvinisme masculin. Un environnement dénigrant pour la femme qui doit se faire belle, prendre soin de son corps, juste s’amuser. Je veux être artiste et respectée pour mes  textes et mes propos. Quand j’affirme mes droits je parais exigeante et intransigeante, mais ce n’est pas le cas, je n’exagère pas, je demande des choses normales ou qui devraient l’être.

À votre avis, les femmes sont-elles capables de réseauter? Peuvent-ils faire un système, partageant leurs forces mais aussi leurs faiblesses?

Le monde auquel j’appartiens d’un point de vue professionnel est difficile. Les femmes ne s’entraident pas toujours,  tout le monde pense individuellement et pas assez avec cette empathie qui vous permet de faire et de grandir ensemble. Ce sont précisément les frustrations qui provoquent le manque de solidarité.




“Me Too” est un mouvement féministe contre le harcèlement sexuel et la violence à l’égard des femmes, qui s’est propagé viralement depuis octobre 2017 en tant que hashtag utilisé sur les réseaux sociaux pour démontrer la propagation de la violence et du harcèlement sexuels, en particulier sur le lieu de travail, souffert par les femmes. Quelle est votre opinion sur la condition des femmes dans les domaines artistique et culturel?

Je suis heureuse que ce mouvement existe aussi parce que l’intimidation des hommes est encore très forte aujourd’hui. le sexisme a toujours existé dans toutes les sphères, à travers le cinéma, la télévision, ce que les médias nous offrent. En tant qu’artiste, j’ai toujours intégré ces thèmes dans mes chansons. Je l’ai pris comme un engagement à en parler à travers mon art. Par exemple dans la chanson “Figurine”, sortie entre 2012 et 2013, qui représente une femme non sans émotions mais considérée comme une poupée; donc une poupée qui peut être brisée. Ou plus récemment dans la chanson «  monde d’ hommes » .  Le “Me Too” est un mouvement qui défend les femmes contre la violence, le sexisme, le harcèlement . C ‘est important  mais il est aussi important que les artistes et intellectuels dont le métier est de ‘choisir les mots »  accompagnent ce hashtag sans filtre et ces témoignages brutes, avec des paroles plus controlées pour donner du poids à cette bataille .

Pouvez-vous être féministe aujourd’hui et, en même temps, une femme qui revendique sa féminité? Être féministe ne contredit pas la féminité . Les deux concepts ne sont pas des antithèses. Il y a des millions de façons d’être une femme. Je ne suis pas contre les femmes qui choisissent d’être élégantes, douces, qui prennent soin de leur apparence. L’important est que cette douceur, cette beauté, cette élégance ne soient pas un boomerang contre les femmes elles-mêmes, qui ne construisent pas un stéréotype, qui n’induisent pas une subordination aux hommes. Je crois qu’il est fondamental, au-delà des formes et des voies, de ne pas accepter les relations de domination de protéger sa liberté, de défendre la possibilité de pouvoir choisir, penser et pouvoir s’exprimer.

Qu’est-ce que le pouvoir pour une femme aujourd’hui?

Une femme doit toujours pouvoir suivre ses ambitions, ses rêves, mais en même temps elle doit être juste et solidaire sans profiter de personne. Cela doit être notre diversité.Ce n’est pas facile d’assumer certaines responsabilités, nous le savons. Peut-être devrions-nous repenser et mieux réfléchir au concept de pouvoir. Lorsque la femme se retrouve à assumer des tâches que les hommes ont toujours accomplies, elle peut avoir une approche différente, elle peut utiliser le côté tendre et doux sans crainte. Je pense que les femmes doivent toujours être elles-mêmes, sans être forcées de déformer lorsqu’elles sont appelées à des postes de direction. C’est-à-dire que nous devrions essayer de renforcer l’empathie, une de nos ressources stratégiques que tous les hommes possèdent également. Il s’agit d’affirmer un nouveau mode de vie, un mode où la solidarité se substitue à la compétitivité. À cet égard, les droits sont une limite insurmontable. Il y a encore beaucoup de travail à faire.

Les femmes en politique peuvent-elles déterminer un véritable changement dans la société aujourd’hui? Comment se fait-il qu’il y en ait encore trop peu dans ce monde?

Peut-être parce que le système est extrêmement patriarcal. Il existe de nombreuses raisons qui limitent notre participation ou notre présence dans ce domaine. La vision des femmes qui, en tant que mères, sont incapables d’assumer d’autres rôles, prévaut toujours.




Grande puissance de l’art, de la musique. Pensez-vous que vous avez le pouvoir d’apporter des changements dans la société?

Chanter, pouvoir jouer devant un public exprime certainement une puissance. De plus, la musique et l’art ont le pouvoir de communiquer des émotions, des sentiments et des passions. L’art peut réellement changer les choses. Et pour tout cela, je suis prête à donner ma vie aussi. Mais, si vous faites référence au concept de pouvoir traditionnel qui produit des privilèges, je n’ai pas ce pouvoir et je m’en fiche de ce point de vue. Le pouvoir de l’art, de la musique est la possibilité d’exister et de communiquer de manière amplifiée et cela vous permet d’avoir une voix qui, vous le savez, sera entendue par beaucoup. C’est une responsabilité et, en même temps, une grande opportunité. Mais c’est quelque chose au-dessus de moi.

En automne, le nouvel album “Délivrance” arrive. Quelles nouvelles apportera-t-elle par rapport à vos travaux précédents?

“Délivrance” signifie guérison, affranchissement. Je parle de guérison car je me sens libre, je suis devenue maman et j’ai aussi créé ma maison de disques. Ma première expérience à cet égard. C’est un album plus long, avec plus de chansons et plus de textes. Ce n’est plus comme avant quand les maisons de disques ont limité mes choix. Sur cet album, il y a des chansons en arabe, en français et même en anglais; puis, il y a aussi le hip hop, la world music, aussi plus de textes autobiographiques. “Delivrance” veut transmettre un message clair: une femme peut et doit être libre de s’exprimer et ma double culture, en ce sens, montre que ce n’est pas une faiblesse mais une force. On peut être en phase avec sa propre personne et avec toutes les parties de son être, à la fois physiquement et moralement. C’est un équilibre qui doit être recherché pour chacun de nous. L’unité de notre existence doit être trouvée en récupérant les fragments dispersés de l’humanité qui nous appartient. Le message que je veux adresser à ceux qui m’écoutent n’ est pas un d’ordre, ou une injonction. Je ne veux pas dire “vous devez être une personne libre” simplement parce qu’il est juste pour moi d’être libre, mais simplement d’inspirer, de proposer une suggestion qui vous donne la possibilité d’être en harmonie avec vous-même, en gardant la singularité de votre propre être.




 Habituellement, les artistes disent que le dernier album est celui qu’ils aiment le plus. Est-ce la même chose pour toi?

La chanson que j’aime le plus est “Mama Please” (chanson qui, en 2009, a remporté le prix “Découverte” qui lui a été attribué la même année par Monte Carlo Doualiya et Radio France international à Alexandrie, Egypte), qui figure également  dans le DVD “Le monde est à moi”. C’est l’un des premiers textes que j’ai écrit et je ne savais pas qu’il aurait tout ce succès. Pour moi, les albums et les chansons qui marquent le début de ma carrière comptent beaucoup.

D’où vous inspirez-vous pour composer?

Mes sources sont nombreuses: une scène dont je suis témoin, une rencontre fortuite. Ensuite, il y a les romans que j’ai lus, les poèmes. J’adore les poétesses féministes, par exemple Audre Lorde, poétesse américaine, ainsi que Tony Morisson qui a écrit un livre intitulé “Delivrance” qui m’a inspirée pour mon dernier album. Elles ont toutes les deux une forte conscience politique et la transmettent à travers la poésie, le terrain dans lequel l’âme est touchée, la partie la plus intime de nous.

Comment allez-vous promouvoir votre dernier disque?

Ce sera beaucoup plus compliqué à cause du virus. J’ai dû annuler des concerts en Allemagne, à Bruxelles, en Tunisie. J’espère que cela ne se produira pas également pour celui prévu le 28 octobre à l’Institut du monde arabe, ici à Paris. En attendant que tout revienne à la normale, cependant, je vais essayer d’être créative en partageant quelques vidéos comme je l’ai fait pendant la pandémie pour transmettre des idées et des émotions aux gens.




L’intervista in italiano (con sottotitoli) in questo video:

 




Délivrance

Stream “Délivrance” here : https://lnk.to/NBK_Delivrance

Directed by : Victor Delfim Lyrics by : Nawel Ben Kraïem Music by : Nawel Ben Kraïem / El W4lid / Nabil Essemlani / Nassim Kouti Song mixed by : Mitch Olivier @chambre20 @studio17 percussion : Moncef Besseghir Calligraphy by : Shoof Styled by : Andrea Crews Hair and make up by : Hanane Chitour Saidi Produced by Nownaw

 

 

 


DIVENTA FAN DI MAREDOLCE SU FACEBOOK: Clicca QUI. Ti aspettiamo!